YEMANJA LA DEESSE DE L'EAU - LEGENDE DU BRESIL Découvre le Monde PARENTS LA BOUTIQUE ENFANTS
BRESIL
Légende du Brésil - La Déesse de l'Eau
YEMANJA LA DEESSE
DE L'EAU
Conte du Brésil - La Petite Fille et le Diable. Conte du Brésil - Une Histoire de Petits Singes.
La Déesse de l'Eau - Légende du Brésil
YEMANJA LA DEESSE DE L'EAU
(Légende du Brésil)

     En face de la ville de Salvador de Bahia au Brésil, est posée, comme un gros rocher sur l'eau de l'Océan Atlantique, une petite île appelée Itaparica.
Les très vieilles personnes vivant là aiment quelques fois à raconter l'histoire
étrange arrivée il y a bien longtemps à Paolo.
     Quand on vit au bord de la mer et que l'on est pêcheur, ce n'est pas tous les jours que l'on ramène des poissons ; ceci tous les pêcheurs du monde te le diront.
     Il y a bien longtemps donc, Paolo était pêcheur. Oh, de pêcheur il n'en avait que le nom, jamais personne n'avait passé autant de temps en mer pour ramener si peu de poissons. Jamais ! Les habitants de son île ne se moquaient même plus de lui. Ils le regardaient avec une certaine tristesse tant Paolo était pauvre. Chacun disait que ce pauvre garçon n'avait vraiment pas de chance, qu'un enfant de 5 ans attraperait plus de poissons que lui, et qu'en fin de compte, il ferait mieux de changer de métier.
     Un soir, Paolo s'était attardé en mer. Comme d'habitude, il n'avait rien pêché sinon quelques petits poissons pour ne pas mourir de faim.
Il s'apprêtait avant de rentrer à remonter une dernière fois son filet, il le trouva très lourd et dût s'y reprendre à plusieurs reprises pour le hisser à bord. Comme cela lui arrivait quelques fois, Paolo pensait qu'il était en train de remonter une grosse roche qui se coinçait souvent dans les mailles du filet. Quand tout fut déposé au fond de la barque, Paolo faillit sauter à l'eau tant il eut peur...
    Là, dans le filet, un bras et une main se tendaient vers lui. C’était une main
fine, aux longs doigts. Comme cela bougeait, Paolo pensa que la personne vivait encore et il s’empressa de dégager le filet qui l’entourait. C’est ce moment que choisirent les nuages pour s’écarter et laisser apparaître une plein lune qui vint en curieuse éclairer la barque du pêcheur. Une superbe jeune femme était allongée au milieu de la barque de Paolo. Elle portait un vêtement bleu clair qui semblait fait d’air et d’eau tant il était fluide et léger. Elle vivait mais semblait épuisée. Paolo crut avoir à faire à une sirène : oh, il n’en avait jamais vue mais d’autres pêcheurs assuraient que cela existait...

Voyages et Rencontres au BRESIL